Créer un site internet

Les feuilles mortes de posidonies

Nuançons le mythe de "POSIDONIES, PLANTES SACREES"

2 Février 2021

Clappage de posidonies

 

La Posidonie est cette noble plante angiosperme monocotylédone sous-marine, qui par sa présence indique que le milieu sous-marin est bien équilibré. Voir des posidonies, c’est bon signe. Surtout qu’elle ne pousse pratiquement qu’en Méditerranée. Nous avons donc une double chance.

Sur Wikipedia, vous pourrez voir toutes les vertus de cette plante, dont le stockage de gaz carbonique, comme nourriture et pour clarifier l’eau.

Pas étonnant que cette plante soit protégée. Pas étonnant également que l’administration ait mis son grappin la dessus, en régulant sa protection avec l’aide des écolos-utopiques.

Comme pour toute plante, les feuilles finissent par tomber, et on les retrouvera sur le bord de plage. On spécifie souvent « feuilles mortes de posidonies » d’ailleurs. Ces longues lanières, plutôt imputrescibles, vont se mélanger au sable pour former « la laisse de mer », qui est en fait un biotope riche. Même certains oiseaux peuvent y poser leurs œufs. Cette laisse de mer empêche l’érosion, car le sable est stabilisé par ces lanières, un peu comme le principe du béton armé. On peut le comprendre facilement.

Ce qui fait qu’une plage propre pour estivants exigeants, débarrassée de ces feuilles de posidonies, est totalement contre-productive. On accélère l’érosion. Notez que tout cela se passe en surface, donc en milieu aérobi.

Ainsi, si vous êtes un génie, et il y en a dans la région, vous pouvez développer le concept du « Millefeuilles » si vous voulez ré-ensabler et stabiliser une plage. Vous stratifiez le sable apporté avec les feuilles mortes de posidonies. Et vous pouvez même en faire un cas d’école sur votre propre plage, et démontrer que cela fonctionne à merveille.

Mais comme pour les tours de magie, il y a un truc.

D’abord vous allez le faire sur une faible épaisseur car votre plage demande juste un complément. Vous êtes alors de la configuration naturelle décrite précédemment. Parfait. Rien à dire.

Ensuite vous avez la bonne fortune d’avoir une plage qui est orientée au Nord et à l’Ouest, c’est-à-dire à l’opposé du vent d’Est qui génère les largades dévastatrices. Il sera alors facile de démontrer que votre plage, peu agressée, est bien stabilisée grâce à votre technique de millefeuilles.

Ces points ont leur importance. Par exemple la plage de Mar Vivo, et peut être son nom vient de là, reçoit plein pôt les largades de vent d’Est et de Sud-Est. C’est donc un véritable exploit de stabiliser cette plage avec des moyens dérisoires. De plus, cette plage accumule toutes les feuilles mortes de posidonies ramenées par les largades. La couche peut atteindre 1 mètre, voire 1,5 m l’hiver.

Aussi quand vous appliquez la technique du millefeuilles sur Mar Vivo, vous êtes tentés de recouvrir cette grosse épaisseur de feuilles mortes par un bon mètre de sable au-dessus. Les travaux se font de nuit. Il faut faire vite, et il n'y a pas de consignes particulières sur la recette. 

C’est alors que les lois de la biologie et de la chimie organique opèrent, mais dans le mauvais sens. Le mètre compressé de feuilles mortes se retrouve en milieu anaérobie, contrairement à la laisse de mer. Et automatiquement une putréfaction démarre avec dégagement de ce gaz si caractéristique, qui en est la signature : H2S. En gros, odeur d’œuf pourri. Pour mieux comprendre, prenons l’exemple du jus de raisin qui en milieu aérobie donne du vin, et en anaérobie du vinaigre.

C’est pour cela, aussi bien pour 2019 que 2020, qu’à l’extrémité de la plage de Mar Vivo, près du blockhaus, ou lorsque l’on est assis sur les bancs de la place de Mar Vivo, on respire en permanence cette odeur désagréable. Car ce n’était pas un « millefeuilles » mais tout simplement une bi-couche, même pas un sandwich, une simple tartine.

Mais nous ne sommes pas des donneurs de leçons. Il fallait bien essayer. Il faut se rendre compte que cette technique, telle qu’elle est appliquée, n’est pas la bonne. D’où l’urgence dans trouver d’autres, en même temps plus durables et avec une empreinte carbone moindre.

Nous sommes certains que le responsable du littoral sur TPM, qui doit avoir des cartons pleins de rapports d’études en tout sens, et qui ont coûté chers aux contribuables, va nous trouver la bonne solution.

Enfin, un peu plus loin, sachez que les feuilles mortes de posidonies qui ont mijoté dans le port de St Elme ou ailleurs, et qui ont subi ce processus de putréfaction (faisant du fumier de posidonie, mot pas très joli), n’ont plus de rapport avec la plante sacrée de départ.

Donc clapper en mer ces plantes sacrées avec une bénédiction du curé local, dans le cadre d’une cérémonie comme on sait si bien le faire dans la marine, ne nous parait pas utile. La plante sacrée, c’était avant ! Surtout qu’il faut transporter ces déchets putréfiés très loin au large, dans le courant Ligure, pour éviter de les revoir à nouveau.

Ainsi nous préconisons tout simplement d’en faire de l’engrais, si c’est possible, sinon le recyclage. Par exemple pourquoi pas des briquettes compressées de feuilles mortes (au préalable bien séchées) pour les utiliser comme matériau d’isolation. Les bruler serait contreproductif puisque l’on libérerait à nouveau le CO2 qui a été capté, si dévastateur pour la planète.

De plus nous suggérons de corriger les textes administratifs qui confondent la plante et ses produits de dégradation. La surprotection des déchets de posidonie n’a pas de sens. Encore un dérapage administratif qui caractérise si bien notre pays, trop dogmatique et utopique.

Date de dernière mise à jour : 02/02/2021