Edtitorial

Edito 2: Valorisation du littoral Seynois: Comment faire pour ne rien faire.

 

Rédigé en 2018

FICTION : Valorisation du littoral Seynois, faire ou ne pas faire, that is the question.

En se penchant sur les mécanismes qui font que rien ne bouge au niveau de l’amélioration des plages et de la valorisation du littoral Seynois, apparemment abandonnés par les autorités, on voit que tout est fait pour ne rien faire.

A) Tout d’abord, et pour prendre ici l’exemple du désensablement de la plage de Mar Vivo, on vous dira en haut lieu qu’il résulte du réchauffement climatique. Autant dire que l’on est dans une impasse de très très longue durée, la seule solution trouvée pour régler ce problème étant d’augmenter la taxe carbone.

B) Si vous arrivez à balayer cet argument, par exemple en montrant l’extrême variation des largeurs de plage depuis 1980, année ou l’on ne parlait pas encore de réchauffement et de montée des eaux, mais année où la plage avait complètement disparue, on vous présentera un autre seuil à franchir, qui pourra vous bloquer pour quelques années : c’est le port de St Elme qui modifie la courantologie et qui est coupable. 
Ce problème évoqué déjà au moment de la guerre de 14/18 par le conseil municipal de cette époque va enfin être pris en compte sous peu, probablement en 2022. Une fois le port rénové, avec une circulation d’eau à l’intérieur pour éviter l’accumulation de sable et de posidonies, tout pourra rentrer dans l’ordre, éventuellement, sauf si le problème du point A s’aggrave.

C) De toute façon patientez svp car une étude de courantologie est en cours. Le temps d’examiner les résultats, de les comprendre, d’en tirer des conclusions puis d’agir s’il y a lieu de le faire, vous êtes priés de revenir dans un an.

D) Plein d’audace, vous allez faire valoir que de toute façon on sait qu’il faut ouvrir le port de St Elme depuis belle lurette, au moins pour éliminer l’accumulation du sable dans le port, et que cette étude de courantologie ne sert à rien. 
En effet, on pourra rajouter que cette étude est essentiellement la synthèse des études précédentes, qui sont restées lettre morte. Certes, si vous bousculez un peu le système on procédera alors à une décision d’agir. Il y aura alors plusieurs propositions, plus ou moins chères. Pas facile !

Mais admettons qu’il y ait une solution évidente, son application passera obligatoirement par la validation par la DDTM (Délégation Départementale des Territoires et de la Mer). La DDTM demandera alors une étude d’impact, même si la faune et la flore marine sont inexistantes en bordure de plage. La DDTM demandera certainement une enquête publique en supplément. Nous sommes repartis pour 6 à 9 mois, peut être plus.

E) Enfin, fataliste, on pourra toujours dire comme certains que le désensablement est variable, et qu’il peut y avoir un retour favorable. De toute façon, si la plage ne peut plus être empruntée par les marcheurs qui vont de Mar Vivo aux Sablettes, et vice versa, et cela de Décembre à fin Mai, c’est normal car « la mer reprend ses droits ». Il suffit d’attendre.

En faisant remarquer qu’une activité touristique et économique ne peut pas se jouer à la roulette, les élus vous répondront qu’ils ont bien d’autres soucis et bien d’autres priorités, de distribution de richesse venant des taxes et impôts plutôt que de création de richesse économique (le tourisme, bien sur) pour les redistribuer. 
C’est alors que vous oserez proposer des solutions pragmatiques et pas chères.

F) A ce stade on vous dira que vous n’êtes pas spécialiste, et que votre avis n’est pas valable. Pour reprendre une phrase célèbre, on vous dira que vous faites partie des « yakafocon ». 
Fin de non recevoir, merci de toute façon de retourner à la case A.

Notre éditorial n°1

10 Avril 2019

Le collectif Mar Vivo va s’intéresser, dès à présent, au rechargement ou à la stabilisation de la plage en 2020 pour les raisons suivantes :

  1. Suite à notre réunion avec TPM le 15 Mars, nous avons bien compris que 2019 sera l’année du rechargement sur Mar Vivo par camions, probablement avec du sable de carrière du Revest, ce qui sauvera la saison estivale si les éléments naturels sont contre nous. Les décisions sont prises. Il ne reste plus qu’à surveiller leur exécution.
  2. 2020 laisse du temps pour développer des solutions de moyen et long terme pour notre plage qui soient plus écologiques, plus durables, tout en étant moins chères. Cela nous semble possible, et nous ferons des propositions, appuyées par l’avis de spécialistes éminents.
  3. 2020 laissera du temps pour tirer des enseignements venant de l’étude de courantologie dont les résultats tomberont fin Mai 2019. Nous attendrons des responsables du littoral des prises de décisions suite à ce rapport.
  4. 2020 est assez reculé dans le temps pour que les décisions de 2019 soient mises en œuvre dès 2020. En effet, nous avons remarqué que les autorisations administratives, venant essentiellement de la Préfecture, via DDTM, sont très longues, alambiquées et sont parfois même utilisées comme excuse aux décideurs pour ne rien décider.
  5. 2020 sera l’année de toutes les promesses, étant donné qu’il s’agit d’une année électorale importante. Cela nous donnera un moyen d’être écouté et entendu, dans l’intérêt des riverains et estivants, et nous essaierons de ne pas nous faire balader par des promesses qui n’engagent que ceux qui veulent bien les écouter.
  6. Dans le cadre du point précédent, nous aurons également l’occasion d’élargir notre action à la valorisation du littoral Seynois dans son ensemble. Nous aurons l’occasion de rappeler les enjeux touristiques et économiques importants liés à un potentiel réellement exceptionnel, mais si mal mis en valeur. Ces enjeux ont été rappelés récemment par la Région PACA dans son appel d’offres « Plan Climat, Erosion des plages » visible sur notre site web.
  7. 2020 nous laissera du temps pour essayer d’avoir une représentativité dans les structures de décisions de la municipalité, de TPM et de la région PACA (comme auditeur passif simplement). Etre Elu…. c’est bien, décider ……c’est formidable mais le dialogue avec la population doit être permanent, et nous souhaitons faire partie de cette vision et de cette démarche.

Date de dernière mise à jour : 19/02/2021